La Déconstruction.

Août est arrivé, je me suis cloîtrée,
Enfermée à double tour, pour méditer,
J’ai voulu nettoyer mon esprit, sans concessions,
Revisiter toute ma vie, ce fût une déconstruction.

J’ai aperçu la petite fille de trois ans,
Seule, si seule, entourée de murs blancs,
Effrayée, apeurée, ne comprenant pas,
Pourquoi Papa, Maman, m’avez-vous laissée là?

J’ai revu l’adolescente en colère,
Comme en faillite, en jachère,
Son envie de crier, de hurler,
Se trouvant laide, pas aimée, rejetée.

Et j’ai revu ma mère au bord de tous ces trains,
Ses yeux si tristes alors qu’elle m’envoyait si loin,
Ses mains tendues comme pour quémander un pardon,
J’ai compris que non, ce n’était pas un abandon !

Je me suis construite comme une herbe folle,
Dans des sanatoriums, dans de fausses écoles,
J’ai mis à bas tout ce décor de pacotille,
Que pour survivre j’avais construit petite fille.

J’ai plongé profond, dans l’océan de mes peurs,
Peur de mourir et peur de vivre, tant de frayeurs,
Je les ai laissées remonter telles des bulles de savon,
Elles se sont évanouies dans l’amour, le pardon.

Enfin je suis allée voir mes ancêtres,
D’eux je suis issue, en ma chair et mon être,
J’ai coupé les liens trop lourds d’attachement,
Ceux qu’ils m’ont transmis en mes gènes et mon sang.

Et j’ai pansé toutes ces blessures, ces fêlures,
J’ai versé un baume de douceur sur mes cassures,
Pour être en paix, laisser en arrière le passé,
Et pouvoir enfin, à l’instant présent me consacrer.
****
DSC_0310-01-1

Publicités

4 réflexions sur “Chroniques d’une guérison impossible – Août.

  1. Kathy, que dirait aujourd’hui cette petite fille de 3 ans de cette belle femme que tu es devenue ?
    Elle serait fière, admirative et honorée face à ton parcours semé d’embûches et à cette volonté de fer de t’en sortir coûte que coûte, toujours seule. Aujourd’hui, tu n’es plus seule car ton coeur est resté béant, toujours plus grand. Ta famille et nous, tes amies et amis sommes fiers et admiratifs. Quel bonheur d’avoir croisé ton chemin ! Merci la vie. Bravo pour ce poème touchant et ton aquarelle qui montre pour moi combien tu aimes tes parents, tes enfants et tous tes proches.

    Aimé par 1 personne

    1. Je crois qu’en effet la petite fille peut être satisfaite et se dire que ce qu’elle a vécu a fait de la femme celle qu’elle est aujourd’hui … Merci à toi ma belle amie de ta belle présence, toujours là, à mes côtés, merci à toi d’être dans ma vie !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s