J’ai appris …

Plus de six mois se sont écoulés,
Six longs mois, à peine un souffle d’éternité,
Après une accalmie, les maux sont revenus,
Je ne suis pas guérie mais plus forte de ce vécu.

J’ai appris que l’on peut apprivoiser la douleur,
La laisser être, ne pas en faire un monstre de frayeur,
J’ai appris comment laisser s’échapper les peurs,
Les extirper de nos cœurs pour y loger la douceur.

J’ai compris combien il est important,
De se réconcilier avec son propre enfant,
Que cela a du sens, pour enfin s’aimer Soi,
Dans notre intériorité, enfin se pardonner Soi.

J’ai senti les douleurs écrasantes de cette humanité,
Que l’on ne peut juger de l’autre, qu’il faut le respecter,
J’ai souffert en mes chairs, en mon corps, en mon être,
Je peux me regarder bienveillante, redevenir mon maître.

J’ai appris que la mort parfois te prends un être aimé,
Que l’on ne sait plus vivre, il est trop dur de juste respirer,
Mais qu’un jour, au détour d’un chemin tu ressens,
Que tu peux marcher en paix, il est là, en ton cœur aimant.

J’ai appris le lâcher prise, a être libre, juste dans l’abandon,
Et cet instant où le Divin se penche sur toi avec affection,
Est un tel cadeau, l’univers et le cœur battent à l’unisson,
Quand l’Amour te transporte en myriades de vibrations.

J’ai appris que l’on peut donner mais aussi recevoir,
Qu’en toute humilité on peut le concevoir,
Car la force d’une main tendue, d’une amitié,
Est une arme pour que renaisse l’espérance partagée.

Je terminerai ces chroniques en vous disant,
Non je ne suis pas guérie, mais est-ce l’important ?
L’important, c’est l’espoir qui renaît chaque jour,
L’important, c’est l’Amour en nos cœurs pour toujours.
****
IMG_0053-1

Publicités

6 réflexions sur “Chroniques d’une guérison impossible – J’ai appris.

  1. Ma douce amie, je suis toujours très touchée par tes mots. J’aimerais tant te voir aller mieux 😞
    Je suis admirative devant ton combat, ton courage, ta patience mise à épreuves et ta faculté de résilience, ton amour qui ne cesse de grandir, ton besoin d’aller aider tes amis malades alors que tu n’aies pas au mieux de ta forme … Tu m’epates et à travers toi je reprends confiance et mets de la légèreté sur mes petits maux. Tu es un merveilleux baume pour mon coeur ❣🙏

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s