L’Homme, la Femme

Sur le quai de la gare, elle l’a laissé partir,
Son cœur déboussolé a du ses larmes retenir,
Et sans attendre, se retourner, elle s’est sauvée,
Lui à quelques mètres, elle pour ne pas pleurer.

Elle était toute tristesse de lâcher son bonheur,
Elle voulait encore de lui, de sa douceur,
Elle lui avait ouvert son cœur en grand,
Il lui avait offert le sien, beau et vibrant.

La vie l’a poussé dans ses bras, lui dont elle avait tant besoin,
La vie l’a poussé lui, car c’est d’elle dont il voulait prendre soin,
Et ils étaient comme nus, face à face, émus et étonnés,
Elle ne pouvait rien  lui cacher, il ne pouvait se masquer.

Il est Homme, le soleil, elle est Femme, la terre,
Ensemble ils sont plus forts, ils sont le feu et l’air,
Le haut et puis le bas, mélés à une pluie d’étoiles,
Ni Dieu, ni Maître, ensemble ils se dévoilent.

Ils vont bientôt se retrouver,
Et puis réinventer le verbe aimer,
Lui, elle, toujours vrais, juste beaux,
Elle, lui, à deux, libres et égaux.
****
img_2465

Publicités

2 réflexions sur “L’Homme, la Femme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s