Sur le Chemin de Compostelle.

Sur le Chemin de Compostelle.

Elle est partie marcher sur ce Chemin,
Malgré la peur qui grondait en son sein,
Peur de la maladie, de chuter, de tomber,
Peur de tout, de ne plus rien maîtriser.

Deux jours durant, elle s’est échinée,
A suivre l’homme aux grandes enjambées,
Elle a pesté, râlé, vociféré,
De la douleur installée de la tête aux pieds.

Et puis elle a compris qu’elle ne le rattraperait pas,
Parce que lui ne le voulait pas,
Lui devait faire son propre chemin,
Elle devait juste trouver le sien.

Enfin elle a lâché ce combat entre elle et elle,
Lâché le contrôle, l’Univers lui a offert des ailes,
Elle a regardé en face ses peurs, ses faiblesses,
Elle a reçu la paix, juste là, tout en justesse.

Elle a pu marcher, respirer, plus légère, en conscience,
Et regarder, humer, profiter, saisir le sens,
En affrontant sa douleur, sa frayeur,
Elle était une, pleine, de sa lumière, de sa noirceur.

Elle a senti ce qu’est vivre l’instant présent,
Où manger, dormir, demain n’est pas important,
Elle a apprécié tous ces regards bienveillants,
Et vu, entendu l’homme et ses tourments.

Elle l’a regardé,
Avec ses sourcils froncés,
Même au plus profond,
D’un sommeil de plomb.

Elle a écouté cet homme à ses côtés,
Ses silences, ses douleurs, ses mots jetés,
Elle a vu les larmes de l’enfant blessé,
Avec le cœur au bords des yeux emplis d’humilité.

Elle est rentrée chez elle pleine d’une énergie nouvelle,
C’est la fin de ce Chemin de Compostelle,
Il y aura d’autres défaites, d’autres matins,
Elle sait que nous sommes tous, toujours en chemin.

Kathy B.
****
Ph 31_évolution - Copie

Publicités