Chaleur.

Chaleur.

Chaleur torride et s’arrête le temps,
Rien ne bouge, tout se suspends,
Et la respiration ralentit en un souffle,
Une goutte de sueur s’écoule, lascive, et roule.

Se poser, s’allonger, ne pas bouger,
Même la tête en oublie de penser,
Comme je t’aime, écrasante chaleur,
Invitation à rêveries, douceur.

Et flâner juste là, sur les draps,
Viendras-tu me couvrir de tes bras ?
Juste un peu, juste pour la tendresse,
Dans la chaleur, envie d’une caresse.

Tout est si calme, chaud et bon et beau,
Cet instant a comme un parfum de gâteau,
Qui m’enveloppe, enfin le corps est sage,
Envie de faire un somme, au creux de cette page.
****
DSC_0002-01-1_2

Publicités

Juste merci …

Juste merci …

Mes belles d’âmes, si belles amies,
Comment vous dire … juste merci ?
Merci de ces instants de bonheur, de miel,
Partages de coeur à coeur, essentiel !

Impression d’avoir rejoint une famille,
Authentique et juste, où tout fourmille,
Jamais factice,
Toujours complice.

Ce jour je repars sereine,
Sensation d’être une reine,
En votre pays accueillie,
En votre clan, filles de Marie.

Et j’ai lâché en vos terres la tristesse,
Celle qui si longtemps m’a trompée de ses caresses,
Avec toi, mon âme-coeur, renaît l’étincelle, la joie,
Ensemble nous avons trouvé la paix, l’unité, la foi.

Alors continuez mes belles à rayonner,
Continuez en vos chemins de bonté,
Mes belles d’âmes, si belles amies,
Comment vous dire … juste merci !
****
Ph 7_grandir

Ne plus avoir peur.

Ne plus avoir peur.

Ne plus avoir peur,
De tout, de rien,
Devrait être notre dessein,
Devrait être notre quête,
Juste … besoin d’être.

Ne plus avoir peur,
Des ombres du passé,
Du poids de la réalité,
Et du temps qui passe,
De ce qui nous dépasse.

Ne plus avoir peur,
D’aimer, d’aimer l’Amour,
Le dire et le crier, toujours,
Dans un soupir et au grand jour,
Quoi de plus vrai, se battre pour …

Laissez tomber la peur ancrée,
Toutes ces peurs ancestrales, lovées,
Et la peur de n’être pas assez bien,
De n’être qu’un bout, de Rien …

Et regardez-vous sans ce fardeau,
Regardez-vous, si belles et beaux,
Enfin lâchez la peur et aimez-vous sereins,
Embrassez la Vie en un joyeux festin !
****

Ph 31_évolution - Copie

La Femme, l’Homme.

La Femme, l’Homme.

L’homme a le besoin de savoir, de connaître,
La femme a le besoin de ressentir et d’être,
Besoins chevillés en leurs corps,
Programmés en leurs âmes , c’est leur sort.

Il a le besoin de voyager, chercher toujours, chercher le sens,
Elle a le besoin de faire le lit, pour unir, réunir et donner la naissance,
Et après sa longue errance, il va enfin, là, se poser,
Et rejoindre celle, qui l’attend, en sa terre sacrée.

Elle a trouvé en elle son centre, son unité,
Ce jour elle se sent pleine, en paix et en sérénité,
Elle est comme la terre, le terreau, là où frémit la vie,
Elle est belle dans sa certitude, calme, elle sourit.

Il a enfin trouvé le sens, plus besoin de chercher,
Ce jour il sait, que le ciel est en lui, et il peut se poser,
La raison et le cœur réconciliés, il est en joie,
Il est beau dans sa vérité, il a trouvé sa foi.

Et des deux êtres là vont ce jour, se croiser ,
Par la résonance, par l’évidence, étonnés,
Par le regard, accrochés, bouleversés,
Ils se reconnaissent, dans un soupir, sans parler.

Et ils vont se respirer, se frôler, à peine se toucher,
Et se tenir par la main, car ces mains là se sont trouvées,
Ils vont s’unir enfin, et ne faire plus qu’Un,
Deux êtres libres, mais Un dans l’amour, juste divin.
****

DSC_0080-1