C’est une femme pas malheureuse, enfin c’est ce qu’elle dit,
Mais en elle grandit un orage, sans accalmie,
Elle ne le montre pas surtout, et à tous elle sourit,
Pourtant chaque jour elle se détruit, petit à petit.

Elle dit, ça va aller, je n’ai pas à me plaindre,
Alors elle continue à vivre, à travailler, à peindre,
Mais pourquoi ce démon qui gronde, tapi en son ventre,
Ce jour elle sait qu’elle doit l’affronter, le faire sortir de l’antre.

Elle s’est posée, a médité, cette douleur là, pourquoi ?
Alors elle a plongé dans les profondeurs de l’émoi,
Elle a croisé la femme, l’adolescente et puis l’enfant,
Et elle a vu l’effroi, le désarroi de la fillette de trois ans.

Cette si jeune enfant est entourée de grands murs blancs,
Elle est malade et seule, abandonnée, isolée dans ce temps,
La tristesse la dévore et l’étreint de son manteau si grand,
Et elle, elle veut mourir, en vrai, quitter les grands murs blancs.

La femme pas malheureuse a pris cette tristesse d’enfant,
Est remontée à l’adolescente, à la femme de trente ans,
Et plus elle remontait, plus la tristesse grandissait,
Elle a débusqué le monstre tapi qui la dévorait.

Enfin elle a compris pourquoi elle ne sait juste rire,
C’est bien parce que toutes ces années, elle a voulu mourir,
Mais regarde, tu es belle, en vie, tu as survécu à tout cela,
Regarde en ton cœur, tu n’es plus seule, l’amour est là !

Elle ne sait pas ce que sera demain, mais son âme est en joie,
Elle a gagné cette partie, magie, le démon a volé en éclats,
Elle a porté sa tristesse si longtemps, par tous les temps,
Juste là, elle peut respirer et vivre l’instant présent !
****
DSC_0077-1

Publicités

5 réflexions sur “Le démon tapi.

  1. Qu’elle est difficile et douloureuse cette plongée au plus profond de soi ! Notre enfant intérieure blessée, abandonnée, rejetée, maltraitée, abusée, est la, recroquevillée, prête à bondir, à s’extérioriser si nous parvenons à lui ouvrir la porte et à nous confronter de nouveau à nos peurs et à nos tristesses d’enfant. Elle ne demande qu’une chose, etre reconnue, écoutée, cajolée, consolée. C’est une partie de nous mêmes que nous devons reconquérir, qui nous constitue, avec elle nous nous sentons UNE, vivante et vibrante. Honorons cette petite fille intérieure, accueillons ses pensées les plus mortifères, elle voulait mourir et échapper à sa tristesse, elle a fait de toi Kathy, cette Femme puissante et sacrée, cette belle guerrière qui aujourd’hui déborde d’amour, Femme initiatrice, Femme guérisseuse.
    Je te souhaite beaucoup de bonheur ! ❤️
    Ton aquarelle est magnifique, cette danseuse est fière, digne, majestueuse.
    Gratitude à toi vraiment.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s