La douleur.

Ce trois juillet, je jette au feu tous les médicaments,
Ceux qui m’ont donné l’illusion de dormir un certain temps,
Il n’y a pas de retour possible, je n’ai guère le choix,
Vivre ou mourir, choisir de vivre, telle est ma voie.

Très vite, s’installe la douleur,
Pas un instant pour me saisir de la peur,
Très vite, je ne contrôle plus rien,
La douleur me dévore tout le corps, elle a faim !

Je ne peux juste plus penser,
Je la laisse être, me happer,
En chaque muscle, nerf tétanisé,
Elle s’installe, croit qu’elle a gagné.

Mais il y a la mer tout près, accueillante,
Je m’y jette à toute heure, elle si bienveillante,
Elle apaise la lourdeur de ce corps tout en rage,
Et un instant j’oublie, juste le temps d’une nage.

Et puis il y a ma mère, qui veille bien qu’effrayée,
Qui me trouve au matin le corps bloqué, recroquevillé,
Tout en amour, les larmes aux bords des yeux, elle va me déplier,
Et parce que je suis son enfant, doucement elle va me border.

Cette douleur ne savait pas la force d’une femme,
Jour après jour, je l’ai laissée me brûler de sa flamme,
Patiemment je l’ai laissée me malmener, me consumer,
Elle a fini par s’essouffler, je l’ai apprivoisée.

En cette fin de juillet je sais qu’enfin je la maîtrise,
Oh, elle est toujours là, mais nulle peur ne l’attise,
Je peux à nouveau respirer, réfléchir et penser,
La douleur m’a fait plier mais ne m’a pas fait chuter.
****
IMG_1022-1

Publicités

4 réflexions sur “Chroniques d’une guérison impossible – Juillet.

  1. Ça c’est LE lâcher prise total sur le chemin de la Foi , de la Vie ! Un pari , un défi en apparence un peu fous mais remplis de sagesse !
    Impressionnant pour tout un chacun qui te connaît ou pour toute personne en souffrance.
    Merci d’avoir oser faire ce grand saut ! Je t’embrasse Tendrement
    Anne

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis si heureuse de pouvoir te lire à nouveau mais aussi très touchée car je me souviens du récit de tes nuits éprouvantes ou ta Maman te retrouvait recroquevillée, tétanisée après des heures de souffrances. Comme ça a dû être douloureux pour elle aussi de se sentir démunie, impuissante. En tout cas, elle était près de toi et c’etait l’essentiel dans de telles circonstances.
    Chapeau bas et grand respect à toi pour ton courage face à la douleur, pour ta ténacité, pour la résilience à laquelle tu es parvenue et qui t’ont permis de juguler ta maladie et ses symptômes.
    Ton témoignage est important pour toi mais il l’est aussi pour toutes les personnes malades qui peuvent ainsi avoir un autre regard sur leur maladie. Il est porteur d’espoir pour tous ceux qui souffrent.
    Ton aquarelle est magnifique, elle te ressemble de plus en plus. J’y vois à la fois un visage tourmenté par la douleur mais la posture est altière, fière et digne.
    Merci pour ce bijou. Continue à prendre soin de toi ma douce amie. Gratitude infinie.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci infiniment ma belle Cath, et cela m’a aussi rapprochée de maman qui effectivement s’est sentie bien démunie … J’écris pour cela, pour témoigner, et je l’espère cela pourra aider d’autres personnes qui sont dans la maladie ! Je vais continuer à prendre soin de moi, ne t’inquiète pas … Toute mon amitié et ma tendresse t’accompagne.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s