Ce soir, je pense à toi ma sœur … Suite à un article lu ce soir, ta douleur renaît en moi, coule au fil des mots.

Tu étais une petite princesse aux cheveux de soie, si belle ! Tu avais trouvé ton prince, il est parti en courant cet idiot et après cela, plus rien n’a été rose ou bleu. Tu avais vingt ans …
Tu t’es mariée très vite, peut-être pour ne pas gâcher ton rêve de conte de fée. Mais toi, moi, ne savions pas qu’il existait de vrais, de méchants ogres, qui ne font qu’une bouchée des belles princesses au cœur trop doux, pas après la candeur de papa ! Et puis les contes de fée ça n’existe pas.

Tu as eu deux fils et en prime des années de violence, de tourmente, de luttes et de chute. Je t’ai vu blessée, de matins tristes en soirs désespérés. As-tu eu juste un moment, juste le temps de penser à toi ? Rien qu’à toi ?
Quand je te vois, je sens ton corps entier moulé, sculpté dans la pierre, tu t’es glissée dans le plus dur des marbres pour te protéger. Tu ne peux laisser l’eau et la lumière s’infiltrer, la pierre s’éroderait, tomberait en poussière … Alors tu continues, droite et fière. Jusqu’où, jusqu’à quand vas-tu résister ? Tu ne méritais pas cela, personne ne mérite cela. Et si tu laissais entrer l’eau et la lumière, juste un peu, pour voir ce que ça fait ?

Et je m’en veux de ne pas avoir été suffisamment là, je suis ta grande sœur, j’aurai du te protéger de cet homme et de tous ces tourments, je n’ai qu’une seule excuse, moi-même je me débattais en plein vent.

Je ne te juge pas, jamais je ne t’ai jugé, je suis si triste de cette vie gâchée, je te vois traverser les années avec ce fardeau si lourd à porter. Et j’entends tes silences au-delà de tes mots, je sais bien que l’espérance t’a déserté, que tu n’imagines même plus aimer et être aimée. Il t’a enfermé dans cette cage dorée, tu ne sais pas ou se trouve la clé. J’aimerai que tu puisses entrouvrir une porte, une fenêtre, juste dire, te dire, à défaut de vivre. Ce serait un premier pas.

Je veux te dire que je me souviens de nos rires, de notre complicité d’adolescentes. Je n’ai pas oublié ces vacances, nous n’étions que nous deux, et puis nos amoureux … Où sont passés les jours d’insouciance et de joie ?
Je veux te dire que je sais combien tu te bats encore pour tes fils, que tu voudrais encore les sauver. Peut-être faut-il enfin te sauver toi ?
Je veux encore te dire que je suis là pour toi aujourd’hui plus qu’hier, parce que je suis plus forte et plus sereine aussi. Jour et nuit, toujours ma porte et mon cœur te sont ouverts, à tout jamais.

Peut-être ne liras-tu jamais cela, peut-être pas. Je laisse ses mots s’envoler et trouver leur chemin vers toi.

Ne doute pas, n’oublie pas, n’oublie jamais combien … je t’aime, toi, ma petite princesse aux cheveux de soie.

Kathy.
****
DSC_0742

Publicités

10 réflexions sur “Pour toi, ma sœur.

  1. Que d’amour, de tendresse et de tristesse dans cette lettre ouverte à ta petite soeur Kathy. Si j’étais toi… Tu vois ? J’achèterai une jolie enveloppe et je lui renverrai tout simplement cette fontaine d’amour en me disant qu’elle plongera dedans ! Chaque histoire de vie forge une carapace plus ou moins dure… Celle-ci peut enfin se casser le jour « magique » ou enfin ; un être nous dis juste : » je sais, j’ai compris depuis longtemps, je t’aime, je t’en prie ! Parle moi enfin ». ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne peux pas lui envoyer cela par courrier. Elle pourrait tomber dans de mauvaises mains … Mais je sais qu’elle vient de créer un compte FB. Elle me lira peut être ! Il n’y a pas de hasard. Merci ma belle Martine ❤️

      J'aime

  2. C’est un très beau texte plein d’amour. Malheureusement certaines rencontres changent le cours de nos vies et l’innocence s’envole. Être là, c’est le plus important. J’espère qu’un jour elle pourra se sauver, choisir un autre chemin, un chemin de liberté et alors tu seras là et la vie reprendra au rythme de ce lien qui vous unit au delà de tout.

    Aimé par 1 personne

  3. Douloureusement magnifique… il en faut du courage pour supporter une telle vie ! Personne d’autre qu’elle même ne peut la sauver ! Ta petite sœur sait que tu es là et qu’en cas de besoin elle se réfugiera auprès de toi.
    Merci pour ton texte si beau qui, je l’espère, parviendra jusqu’à ta petite sœur.

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s